15 000€ pour soutenir les associations de Horbourg-Wihr


23 février 2021

Thierry Stoebner, Arthur Urban, vous êtes maire et adjoint à la culture à Horbourg-Wihr. Vous vous êtes mobilisés jusqu'aux plus hautes instances de l'État pour défendre vos associations, des associations qui créent du lien social avec un slogan «le monde associatif est en danger».

Oui exactement. Nous sommes mobilisés depuis la mi-janvier après avoir été interpellé par bon nombre d'associations au niveau de la commune de Horbourg-Wihr. On compte 42 associations et beaucoup nous faisaient part de leurs craintes quant au maintien de leurs membres, de leurs licences, de leurs activités et du lien social qu'elles créent. Nous avons souhaité se mobiliser, non pas seulement pour réparer les conséquences actuelles de la crise sanitaire, mais aussi dans le cadre de la reprise des activités que nous espérons prochaine.

Arthur Urban, vous allez créer un fonds de soutien exceptionnel au profit de ces associations doté de 15 000 €. C'est un exercice qui a fait l'objet d'un travail collectif au sein du conseil municipal.

Oui absolument, nous nous sommes réunis il y a maintenant quelques semaines au niveau des commissions cultures et vie associative de la commune de Horbourg-Wihr, en incluant autant la majorité que l'opposition. Nous étions six et donc nous avons réfléchi à comment aujourd'hui nous pouvions venir en aide aux associations. Nous avons donc décidé de créer un fond soutien de manière totalement exceptionnelle, et j'insiste sur le mot exceptionnel, car c'est un fond de 15 000 € qui viendra en aide aux 42 associations de la commune qui en seront demandeuses. Ce fond permettra d'analyser leurs besoins actuels mais aussi leurs besoins futurs, de réfléchir aussi à leurs positions au moment de la reprise. En sachant également qu’elles peuvent répondre à un besoin en communication ou en besoins humains, c'est-à-dire en termes de bénévoles, de licenciés. Elles pourront également nous faire part de leurs charges fixes qu’elles continuent à payer pour certaines d'entre elles durant la crise sanitaire, je pense notamment au club de football qui n'a cessé de payer ses frais internet, ses frais d'électricité ou d'eau. Malheureusement, tout cela va continuer. Elles pourront aussi nous faire part de leur perte de partenaire…

Thierry Stoebner, ces associations jouent un rôle-clé dans la commune et elles assurent un lien social essentiel. Vous êtes inquiets pour ce lien social qui, aujourd'hui, est un peu en déperdition.

Tout à fait, notre tissu riche actuel est dû à des décennies de travail, des décennies de d'engagement bénévole et d'engagement de moyens communaux. Il serait vraiment dommage que tout ce travail ne perdure pas parce que nous avons tous compris qu’à la fin de la crise, quand toute notre vie redeviendra normale, les gens auront réellement besoin de se retrouver et à ce moment-là les associations avec le lien social et la convivialité qu'elles proposent. Nous pourrons les considérer comme des médicaments et il faudrait que ces médicaments et que ces structures soient réellement en état de fonctionner.

Le couvre-feu à 18h empêche finalement ces associations d'exercer leur activité en dehors des heures de travail ?

C'est d'ailleurs le grand problème et il vient de ce décalage horaire. La vie associative se fait à 80 % après 18h, d'où la crainte de changement d'habitude, de perte de membres, de perte de bénévoles, de pertes de licenciés. Les gens ont tout simplement en plusieurs mois changé leurs habitudes de vie et la grande crainte, c’est qu’ils rentrent juste se mettre devant leur téléviseur.

Et enfin Arthur Urban, ce projet qui est né à Horbourg-Wihr, pour vous il s'agit de le porter à l'échelle nationale parce que le problème touche l'ensemble du secteur associatif.

Absolument, nous avons une préoccupation communale en tant qu’élus sur la commune de Horbourg-Wihr mais le monde associatif n'est pas en danger uniquement à Horbourg-Wihr. Cela serait trop beau s'il était en danger uniquement chez nous. Il est en danger sur l'ensemble du pays sur l’ensemble de la France et notre maigre contribution en mettant en place le fond de soutien au niveau de la commune, nous le portons auprès de nos parlementaires haut-rhinois et nous leur faisons entièrement confiance. Comme ils nous l'ont déjà démontré ces dernières semaines, ils ont porté ces préoccupations du monde associatif au niveau national pour faire bouger le gouvernement, en mettant en place un fond d'urgence et de soutien au monde associatif. J'insiste bien sur ce fonds de soutien associatif qui pourrait être mis en place à l'échelle nationale. Il ne faut pas viser uniquement les associations employeuses, il faut viser toutes les associations du club de pêche, du club de pétanque avec uniquement 15 membres jusqu'aux plus grandes associations. Il faut vraiment viser tout le monde et n’oublier personne.

A noter que les associations de Horbourg-Wihr recevront leur courrier les informant de ce fonds de soutien spécifique à compter du 1er mars prochain.

© Franck JEHL/AZUR FM