CORRESPONDANCE DE CONFINES - AVRIL 2020

Correspondance de confinement, la poésie pour contrer l’ennui !

Ce confinement peut aussi donner lieu à de beaux élans poétiques… A la manière d’une correspondance de guerre, entre humour, colère, résignation et espoir, je vous invite à lire ces mots quotidiens entre Francis et Sébastien. Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur

 Jour 1 : 8 AVRIL 2020

* Courrier de Francis :

Bonjour Sébastien, en cette période difficile de confinement. Je t'écris pour prendre de tes nouvelles. Affectueusement, ton ami Francis 

* Réponse de Sébastien :

Bonjour Francis, en cette période difficile de confinement. Je t'écris pour prendre de tes nouvelles depuis hier soir :-) Affectueusement, ton ami Seb

* Réponse de Francis

Mon cher ami, quel plaisir de pouvoir te lire en ce jour de fête. Je suis toujours à 37,2 degré le matin. Pour ma part, mes réserves me permettront de subvenir à ma soif. Un peu de sport pour attiser celle ci. Bien à toi. Ton ami Francis

* Réponse de Sébastien

Mon cher ami Francis, en ce jour férié, le 24e jour de confinement, je t’écris pour prendre la température ? Pour ma part, je suis bien hydraté, et ne manquerai de rien pour ce week-end Pascal. J’ai déjà consommé 72% de mes 100 litres, et pense tenir encore une semaine sans gros ravitaillement. Sincères Amitiés. Sébastien

√ JOUR 2 : 11 avril 2020

* Réponse de Sébastien

Mon cher Ami Francis, j’espère que tu vas bien en ce 25e jour de confinement ? Moi je vais bien, je me réveille tous les jours à 9:00 du matin. Puis prend mon café, pour ensuite... J’ai soif, mais patiente jusqu’à 18:30. Car c’est comme ça. Je t’embrasse bien fort. Ton ami Sébastien

* Réponse de Francis

Mon ami, les jours se ressemblent et semblent si longs. Je t'avoue que ta présence me manque (la piscine aussi). Je me remémore nos moments ensemble. J espère revenir au plus vite. Ton ami Francis. Ps : que notre amitié perdure dans ces moments difficiles 

√ JOUR 3 : 12 avril 2020

* Courrier de Francis

Mon ami Sébastien, en ce jour, un moment d accalmie me permets de prendre ma plume pour te donner de mes nouvelles. La guerre va être longue et en ces temps difficiles à mener ce combat, Mes pensées vont vers toi. J espère que tu es en bonne santé. Je sais que tu seras prêt pour mon retour et cela me réjouis. Je sais que les stocks seront pleins. Je sais également que tu auras la même empathie à mon notre retour. Je te dis à bientôt mon ami. Je repars au combat. Ton ami Francis

* Réponse de Sébastien

Mon cher ami Francis, merci pour ces nouvelles rassurantes, la guerre est compliquée, je suis retranché derrière les murs en ce jour d’accalmie. Mes stocks sont également bien remplis et la couverture nuageuse nous présage une grosse consommation aujourd’hui. Je vais bientôt attaquer mon combat aussi. Je pense à toi bien affectueusement, à très bientôt. Sébastien ton ami forever

√ JOUR 4 : 13 avril 2020

* ''Télégramme'' de Francis : 

Mon cher ami Sébastien. Ce que je redoutais arriva. Je ne serai pas libéré et vais devoir rester au front jusqu’au 11 mai. Le temps va être très long. Télégramme du front 20h42

* ''Télégramme'' réponse de Sébastien

Mon cher Ami Francis -stop- je m’en doutais également-stop- nous sommes vraiment les derniers maillons de la chaine -stop- je pense qu’il va falloir remuer la merde- stop- afin que l’odeur remonte au nez de nos généraux -Stop- Télégramme de la tranchée Redoute le 13/04/20 20:48

* Courrier de Francis :

Mon très cher ami Sébastien. Je t'écris ces quelques mots malgré l'adversité dans laquelle nous nous trouvons. Nous sommes tous aujourd’hui dans l'attente des nouvelles instructions à venir du haut commandement. Ce matin j'ai eu pour mission de prendre le vélo. Ordre idiot. Une nouvelle fois et tout ça pour me retrouver au même endroit retranché. J'espère que tu vas bien mon ami. J'ai le souvenir de nos bons moments passés ensemble. Ceux ci me manquent, mais je sais que tu seras prêt à mon retour. Que le temps me semble long. Ton ami Francis

* Réponse de Sébastien

Mon cher Ami Francis, c’est avec un grand plaisir que je viens de recevoir de tes nouvelles qui m’ont réjouit de te savoir en bonne santé. Pour ma part la santé tient toujours, malgré mes stocks qui réduisent à vu d’œil, de jour en jour. J’espère que le ravitaillement sera pour bientôt, mais les autorités ne nous donnent pas de nouvelles rassurantes... Je commence à faire de moins en moins confiance à nos supérieurs, qui me semble-t-il nous cachent l’essentiel. Soyons forts afin de pouvoir un jour renverser la situation. Mais pour le moment j’ai plus l’impression d’être un citron confit dans un bocal attendant son déconfinement dans un plat de tajine... Que dieu nous garde... Ton Ami Sébastien

√ JOUR 5 : 14 avril 2020

* Courrier de Francis : 

Jour 28 - Mon cher ami Sébastien, oui les nouvelles du grand commandement n'ont pas étés bonnes. Comme nous l'avions présagé, le combat est prolongé. Moi qui pensais te revoir..... Je te l'avoue aujourd’hui, j accuse le coup. Je repars dans ce combat sans grandes motivations. Mais mes pensées vont vers nos retrouvailles. J'ai malgré tout cette forte confiance en toi pour préparer mon retour. Je sais que tu feras tout ton possible pour que celui-ci soit joyeux, heureux... Mais je reste accablé par le haut commandement. Je sais que l'on appellera au changement à la fin de ce terrible fléau qu’est ce combat. Toutes mes sincères pensées. Ton ami Francis

* Réponse de Sébastien

Jour 28 - Mon très cher Ami Francis, quelle joie de t’entendre à nouveau toi qui passe tes journées entières au combat. J’ai eu une permission ce matin et cela m’a permis de faire mes retrouvailles avec la vrai vie... ou ce qu’il en reste. J’ai pu rencontrer le caporal Bock qui était lui aussi en permission ainsi que la délicieuse Bettina que tu aimes tant. C’est avec le cœur pincé que je repars maintenant au combat. Je ne fais plus confiance à cette grande commanderie qui après 28 jours de combat retranché défensivement dans nos camps respectifs, n’est pas encore capable de nous fournir le matériel adéquat pour affronter l’ennemi. Nous sommes livrés à nous mêmes, solitaires et nos pensées vont vers ceux qui nous son chers, c’est pour cela que je t’écris, mon Ami. Nous n’avons jamais été aussi proches de l’armistice. Et quand le jour de la libération viendra nous pourrons enfin fêter nos retrouvailles comme il se doit. Reçoit toutes mes amicales pensées en ce jour 28. Ton Ami Sébastien

√ JOUR 6 : 15 avril 2020

* Courrier de Sébastien :

Jour 29 (jour approximatif du mois lunaire, il est premier et cuivré, apparaît tous les 4 ans au mois de février et correspond aux noces de velours, il met en valeur la Bretagne et le Finistère) - Mon Cher Ami Francis, comme un doux loup garou enfoncé dans la boue jusqu’au coup. Tel un toutou foufou à bout d’amour pour le coup. D’où sommes nous pour nous clouer ainsi jusqu’au bout. Lourd comme Balou ou léger comme un pou on joue aux cailloux. À genoux, sans un sou, tout mou, notre courroux en viendra à bout. Ton amis Sébastien qui pense à toi.

* Réponse de Francis

Mon cher ami Sébastien, quelle stupeur j'ai à lire cette nouvelle. Je vois chez toi un grand moment de détresse. Moi qui te pensais si fort. Moi qui il y a encore peu de temps m'appuyer sur toi. Oui toi ma béquille que je vois vacillante aujourd’hui. Je ferai tout pour que ce combat ne nous éloigne pas et sois en rassuré. J'aimerai que tu te rappelles ces moments où on s'encanailler ensemble. Un regard un toucher un geste nous rendait si joyeux si heureux. Sébastien mon ami, oui ça va être dur. Ce combat doit être le nôtre aussi et ce n'est qu'en se battant ensemble que nos retrouvailles seront heureuses. Oui tu me manques je te le dis mais notre grand commandement nous a demandé de rester mobilisé. De mon côté je reste engagé dans ce combat. Les stocks s'amenuisent. Nous devrions être approvisionnés d'ici peu. Ton cher ami Francis

√ JOUR 7 : 16 avril 2020

* Courrier de Francis :

Mon cher Sébastien, malgré des températures plus agréables. Le temps est long loin de toi. Ce combat risque de durer. D'autant plus qu’on ne connaît pas les futures engagements à prendre. Je me languis de nos futurs moments. De ces retrouvailles tant attendus. Quel triste combat qu est celui que nous menons. Demain le grand commandement m'autorise à aller à l'approvisionnement. Il était temps. J'espère que tu vas bien. Je sais pouvoir compter sur ton engagement et ta force et cela me mets du baume au cœur. Ah Sébastien si tu savais à quel point j'attends ce jour... Ton ami Francis - 30eme jour à combattre.

* Réponse de Sébastien

Jour 30 ( aujourd’hui c’est le Gard qui est à l’honneur, nombre de pièces d’argent qui Judas a utilisé pour trahir Jésus, numéro zingué et lunes autour de Saturne, attention guerre de trente ans) - Mon cher Ami Francis, c’est avec le cœur que je t’écris aujourd’hui. En effet, en période de combat, la raison n’explique pas tout. Je me souviens de ces discussions interminables quand chacun prenait position afin d’alimenter la discussion. Etant d’accord sur le fond, nous avions besoin de se taquiner pour la forme :  

Le combat est bien là, le débat ne l’est pas !

Là, matés comme des rats, lassés sous nos draps.

Je vois au delà de mes bras, les cas de corona, incapable de quoi que ce soit, le tracas nous noiera.

Le mât est bien là mais le fracas des médias nous aveuglera, pas à pas le compas nous montrera la voie.

Ce sera par la joie qu’on se retrouvera, on matera ce sellera de corona avec la foi, la victoire est entre nos mains. Je pense à toi - Sincères amitiés, ton ami fidèle Sébastien

√ JOUR 8 : 17 avril 2020

* Courrier de Sébastien :

Jour 31 (un mois de combat : aujourd’hui c’est la Garonne et son cassoulet aux tomates qui sont à l’honneur, chiffre du gallium correspondant aux noces de basane, c’est le chiffre des anges: nos messagers) - Mon cher Ami Francis, c’est avec une pensée émue que je part sur le front ce matin, en effet, ma mission face à ce combat m’oblige à assister nos guerriers aveuglés par leurs appareils mal adaptés à la clairvoyance nécessaire au bon déroulement de leurs retranchements. C’est une mission à risque, je le sais... Dans ce moment d’incertitude de, j’ai une pensée pour toi qui bataille dur chaque jour afin que nos modes de vie reviennent à la normale. J’espère que le ravitaillement te trouvera aujourd’hui car tu m’avais l’air dans les derniers échanges en manque de munitions. La grande commanderie est en train de nous lâcher doucement dans ce moment très important où nous devons fournir les derniers efforts afin de remporter la victoire. Le combat n’est pas fini, la ligne d’arrivée n’a jamais été aussi proche. Redoublons d’effort, il ne faut rien lâcher... cette fin de semaine sera décisive, il va falloir être fort et utiliser un maximum de munitions sans relâches. La force est en nous. Ton ami fidèle Sébastien

* Réponse de Francis

Mon cher ami Sébastien, aujourd’hui pendant ce dur combat, le petit commandement m'a affecté à la survie de notre groupe avec pour mission de gérer l'approvisionnement. J'ai trouvé le nécessaire pour un petit moment. Quel triste sort que de ne pas avoir ce que l'on souhaite. J'en veux à notre haut commandement qui lui ne doit manquer de rien et décider de notre sort. Oui nous sortirons affaiblis mais plus fort de ce combat. Et ce sera l'heure des choix. Notre peuple sera capable de prendre les bonnes décisions pour la vie de nos communes villages. Quand je les vois ce pavaner sous formes de message « moi j'ai fait pour vous ». Stupeur quand je te lis aller au front sachant qu’aucune aide ne t'a été accordé. Je vois bien là l'homme que je connais. L'homme engagé dévoué. J'en reste émus. Je me languis de te retrouver et de retrouver ces moments partagés au milieu de victuailles et de boissons à échanger rire ensemble. Ces moments partagés me manquent. Chaque mots chaque phrase que tu réussis a me faire parvenir est pour moi un moment de répit dans ce combat. Prend soins de toi. À ta santé.....(oupssss). Ton ami Francis

√ JOUR 9 : 18 avril 2020

* Courrier de Francis : 

Mon cher ami Sébastien, que te dire en ce 32 jours de ce combat. J'ose t’avouer que les stocks ont pris un coup de suite après le ravitaillement. Pendant ce moment inhabituel, je te l'accorde, mes pensées sont revenus sur nos moments passés ensemble à te regarder jouir de la vie. De festoyer... Certes la distance qui nous sépare pendant cette bataille me rappelle sans cesse que rien ne vaut cette proximité qui nous est chère. Oui je me languis. Oui je me languis de te regarder de te toucher d'échanger avec toi au milieu de victuailles. Ce combat devient long aujourd’hui. Oui je me souviens de ces moments si jouissifs. Comme tu peux le comprendre dans mes mots. Je suis un peu nostalgique en ce jour. Mais à nos retrouvailles, je serai fort. A ton image car je sais pouvoir compter sur toi et je sais que tu as déjà organisé ces futurs moments. Avec toutes mes pensées. Ton ami Francis

* Réponse de Sébastien

Jour 32 (le Gers et son foie gras est à l’honneur. Noces de cuivre, c’est le numéro du germanium, et le point de congélation de l’eau en degrés fahrenheit. Nombre total de dents chez l’homme. 32 bits, 32 cartes et 32 carrés noir sur un échiquier) - Mon très Cher Ami Francis, le premier mois de combat est enfin passé, ce ne sont pas les quelques heures passées sur le front qui me divertissent. Que le temps me semble long et pesant sans toi... J’espère que pour toi, le ravitaillement est bien arrivé afin que tu puisses poursuivre ton combat dans les meilleures conditions... On nous prend pour des cons :

Ecoutons les sons du front, Macron et son melon, nous font péter les plombs. 

Mensonges honteux sont longs, nous sortons de nos gonds, ses interventions de con, mais où sont nos protections.

Tu nous prends pour des pigeons, bon combat, ton ami fidèle Sébastien

√ JOUR 10 : 19 avril 2020

* Courrier de Francis : 

33ème jour - Mon cher ami Sébastien, en ce jour ensoleillé. Mes pensées sont mitigées. En effet le grand commandement viens de nous annoncer que notre navire de frappe (référence mondiale) est hors de fonctionnement. Oui ce combat est plus dur que prévu. Je reste malgré tout confiant et tes nouvelles me redonnent à chaque fois la force durant ce retranchement imposé par nos supérieurs. Je sais que tu t impatientes de nos retrouvailles. Je te rassure. Moi aussi. A ce moment où l'on va se délecter d'être côte à côte. A abuser l'un de l'autre de cette liberté retrouvée. Je me projette à cette idée. Et je sais que tu en jouis à l'avance. Je t imagine préparer ce moment au tout profond de toi. J'ai de nouveau été affecté au service restauration. Un moment particulier que j'affectionne. Ah si tu étais là à mes côtés. Nous serions entrain de rire de ces moments. J'apprécie également le petit commandement qui se rapproche de moi. Dans l'attente de te lire. Affectueusement. Ton ami Francis

* Réponse de Sébastien

Jour 33 (c’est la gironde et son vin de Bordeaux qui sont à l’honneur, un numero d’arsenic et symbolique déterminant la fin d’un cycle également sur le crucifix... boire une cannette tout en écoutant un vinyle, indicatif téléphonique français et noce de porphyre, il est utiliser par nos médecins et leur osculations Stéthoscopiques) - Mon très Cher ami Francis, les jours se suivent et ce ressemblent étrangement, je suis rappelé au front pour demain matin, en effet ils ont besoin du Dr Opticus, afin de régler et mettre en état les équipements de visées de nos combattants indispensables au bon fonctionnement de leur combat. 

Pensée du Dr Opticus :

Un stimulus pour qu’il eusse un rictus : plus d’airbus au dessus des cumulus,

Ni gugus dans les abribus, Ni surplus dans les autobus,

Plus de lotus à l’eucalyptus pour nos sinus, Astuce Russe anti-virus et garantie sans mucus,

Quel est ce cactus reclus dans nos anus, Mordicus ! L’asparagus de JC Dusse ?

Plus lapsus que phallus aspergillus et sans prépuce, Venus sans trismus ni cubitus en bonus,

En sus, on suce l’angélus Macronibus, Un fœtus d’utérus citrus au goût d’angus,

Plus cumulonimbus qu’un menu best of plus, Un sac à puce sans mont de Venus, Ni cunnilingus et carte à puce...

Le prospectus de Nostradamus, en bonus dans ses papyrus, Avait prévus l’infarctus, de ce monde pupuce crésus,

Anéantus par le coronus virus, Dr Opticus - Ton ami fidèle, Sébastien

√ JOUR 11 : 20 avril 2020

* Courrier de Francis : 

Mon cher ami Sébastien, en ces temps compliqués d'un combat ou ce mêle se sentiment d être abandonné sans vrai règles pour aller au front, je comprends ton désarroi. Aujourd’hui est une journée surchargée ou mes supérieurs m ont demandé une analyse juridique due a ce fléau qu’est ce combat. Et malgré tout ça, mes pensées ont dérivés sur ton engagement du jour. Ou au front tu viens en aide de toutes ces personnes. Oh oui je reconnais là en toi l'homme que j ai découvert il y a quelques années. Investit, sérieux, et au service des autres. Quant à mon stock, avec le petit commandement, des mesures de rationnement ont étés prises. Rien de grave je te rassure. Vivement nos retrouvailles. Retrouvailles synonymes d'opulence de rire de joie à être ensemble. Je vois ton regard ton sourire à imaginer ce moment. Mais ce combat reste notre priorité et je que nous nous retrouverons. Merci mon ami pour ton soutien quotidien. Ton cher ami Francis

* Réponse de Sébastien

Jour 34 (c’est l’Hérault et son vin du Languedoc et sa Bourride qui sont à l’honneur, indicatif de l’Espagne, nombre du Sélénium et noces d’ambre) - Mon très cher Ami Francis, que le temps me parait long... Je m’affale sur un banc mi-ensoleillé, dans ma tranchée Redoute, afin de récupérer un peux de ma visite sur le front, ce matin. Nos troupes vont bien mais elles ont toujours besoin d’être formées sur les règles de sécurité du grand commandement. En effet, ce dernier n’est pas sur le terrain, et leur bureaucratie ne leur permet pas de réaliser les difficultés à appliquer leurs règles théoriques. Nous devons nous débrouiller, inventer et fabriquer par nos propre moyens, afin d’obéir à leurs ordres... Il faut que tu saches qu’il n’y a pas une heure dans la journée où je ne pense pas à toi, à ton combat, à tes restrictions et pénurie de munitions. J’imagine que ça ne doit pas être facile pour toi tous les jours. La logistique et la gestion de tes stocks de munitions doit être assez périlleux, mais je te connais, tu es organisé et méthodique: Qui d’autre que toi aurait-il pu te remplacer dans ce poste avancé ? Tu est le meilleur, et muni d’une sagesse inégalable, inébranlable. Je te soutiens à distance afin que tu ne relâches pas dans tes efforts, c’est important pour la suite et nos retrouvailles. Notre amitié s’en verra grandie. Voici une petite pensée philosophique afin de te soutenir dans ton combat :

L’auspice de Francis, Le maléfice tapisse les abysses, L’injustice visse nos coccyx, Le sacrifice hisse le supplice

Ces sévices plissent le paìs, Novices, on épice l’exercice, On tisse des caprices factices, Depuis nos offices auditrices ou Calices protectrices amatrices,

Qu’on en finisse car ces délices Agissent en nourrice pour un grain de maïs, un Anis, 

Un pastis ou une saucisse, comme jadis, Jusqu’à ce que vomisse notre vice, Des cons finis, qu’on en finisse 

Des vices pour le kiss de cuisses Dans les cannisses ou nos pénis se Raidissent et jouissent pour un pubis

Trissent pour un clitoris et glissent dans l’orifice.

Ho hisse les saucisses à la peau lisse qui rétrécissent, La police ratisse les actrices qui polissent gratis.

Le myosis dévisse nos iris, Le solstice métisse les myosotis, Les lys tapissent l’édifice, Les ibis aboutissent aux coulisses 

Je m’esquisse aux hospices de Francis - Sébastien, sincères et fidèles Amitiés , Ton frère de combat

√ JOUR 12 : 21 avril 2020

* Courrier de Francis :

Mon cher Sébastien, que le temps me semble long et je profite d'une pause pour prendre de tes nouvelles. Je reste stupéfait de ne pas savoir où on va. Que fait notre grand commandement ? Cette incertitude quant aux futures mesures contre ce fléau me pèse. Oui eux qui se cachent derrière leurs positions à ne nous informer qu’avec parcimonie montre bien que le combat que nous menons n est pas le même pour tout le monde. J'entends de ci de là que certains combattants n'ont même pas les armes nécessaire. Quelle triste nouvelle si cela est avéré. Notre bourgmestre se cache derrière les instructions du venant d’en haut. Certains se sente abandonnés. Ceci étant. Je me réjouis de notre future rencontre. J'aurai tant de chose à te raconter. Oui ta joie ton sourire tes gestes de joie à t'emporter pour rien me manquent. A ce moment où nous seront côte à côte au milieu de victuailles et de ce nectar à base de raisin dont j'ai oublié le nom que tu nous serviras à être repus d'abus. J'en suis impatient. Je sais que tu feras de ces retrouvailles un moment unique comme tu sais si bien le faire. A nos retrouvailles... Ton ami Francis

* Réponse de Sébastien

Jour 35 (c’est l’Ille et Vilaine qui est à l’honneur avec ses spécialités de fruits de mer, âge minimum d’un candidat à l’élction présidentielle aux USA et Irlande, c’est un numéro bromé et mariage cuivré) - Mon très cher ami Francis, je rentre d’une 2eme matinée consécutive sur le front. Nos troupes s’organisent doucement, leur moral est toujours mitigé, mais je ressens, tout de même, une lueur d’espoir dans leur comportement. Les choses s’y organisent doucement mais surement... Une cantine vient d’être parachutée par un transal ups avec une partie des éléments de survie. Je suis surpris que le grand commandement n’utilise pas ses propres avions ? Le rationnement est mieux organisé Le Sergent Franck (chargé de la transmission) a réussit à mettre une nouvelle procédure en place afin que nos soldats soient informés plus rapidement des décisions (quelque peu absurde, si je peux me faire mettre) de notre grande commanderie... Mais afin de motiver nos troupes d’avantage il souhaite laisser une radio de transmission clandestine à la voluptueuse nurse Cécile, qui réalisera un transmission quotidienne, intitulée « good morning Sélestat ». Je pense qu’elle saura, grâce à son implication charitable et dévoué, remonter le moral de nos soldats les plus tourmentés. J’ai pu échanger avec l’infirmière en chef Annick qui est très peu optimiste sur une date de retour à la normal... Elle a du durement et simplement annuler le grand déploiement de printemps, ainsi que les petites guérillas de ces prochains mois, prévues par notre résistance... Après ces quelques nouvelles du front mes pensées vont vers toi mon ami, et tous les problèmes de logistique que tu dois résoudre au quotidien. Je reste convaincu que tu fais de ton mieux, ton rôle dans ce combat est primordial, les soldats devraient prendre exemple sur toi. Je suis impatient de te revoir afin que l’on puisse victuailler et fêter cette victoire de la meilleur façon. Nous sortirons bien sur grandis et plus expérimentés de ce combat, ce sera donc le temps d’échanger nos expériences. Impatient, ton ami fidèle, Sébastien 

√ JOUR 13 : 22 avril 2020

* Courrier de Sébastien :

Jour 36 (c’est l’Indre: vive les Berrichons (à ne pas confondre avec le brigadier chef Berisha) et son crottin de Chavignol qui sont à l’honneur, un numéro kryptonné et mariage de mousseline, nombre de touches noires du piano, 36 chandelles, 36 solutions, 36 bits. Indicatif de la Hongrie. Nombre de semaines de gestation humaine) - Mon très cher Ami Francis, voici le 36eme jour de catharsis... Il n’y a pas 36 solutions, nous devons purger nos passions et continuer notre combat sérieusement. Mes écrits d’hier se sont avérés prémonitoires... Ne rentrons pas dans les détails dans la mesure ou ces nouvelles deviennent progressivement publiques, grâce à notre bien aimé et ami de la transmission: le sergent Franck. Comme tu le dis si bien: Il ne faut pas relâcher le combat... Et ne pas accepter les désertions... J’espère que tu te portes bien ? Pour ma part, je suis dans l’attente des nouveaux ordres du grand commandement, j’ai pour mission, aujourd’hui, de cuisiner pour nos troupes. Je suis assisté par le 2nde classe Fred, qui prend à cœur son rôle de commis d’office. L’ambiance dans la tranchée Redoute est calme, chacun vaque à ses occupations, lecture des courriers, petites maintenances et nettoyage. Chacun attend sa ration préparée avec les moyen du bord. J’ai donc le temps de prendre du recul sur les choses et m’évader tout en pensant à toi mon ami :

Mon ami Francis, C’est la catharsis 

Nous, Soldat d’en bas, Encore au combat, Le grand commandement, Tant impuissant, nous ment

Est-il dans une logique, Communique et réplique ses tiques ?

Il nous prend pour des enfants, Moins ignorants que clairvoyants, Est-ce une de leur tactique ou toujours la même musique ?

Je ne prend plus de gants, Moins élégant qu’insultant, Leur tactique à l’arsenic, j’m’en astique l’élastique

Ton ami fidèle - Sébastien

* Réponse de Francis

Mon cher Sébastien, Aujourd’hui je suis allé de formation à formation afin de préparer la fin de ce combat qu’est le nôtre. Triste constat que certains ce relâchent à vaquer à des déplacements non essentielles. Pour ma part le petit commandement m'a préparer une nouvelle mission. Vendredi je vais rejoindre les différentes casernes qui servent aujourd’hui de magasin alimentaire. Que de procédures à mettre en place. J'ai également vu que le sergent Frank fait attention au service transmission. Je sais également qu’il nous prépare en secret une réception à la sortie de ce combat. Ce sera pour moi de nouveau l'occasion d'être à tes côtés. Ces moments où on se gargarisent de joies d'opulence et de divins nectars. Je sais qu’on peut lui faire confiance. J'imagine sans cesse se moment de retrouvailles ou part un simple regard un sourire tu diffuse la joie les rires. Oui ces moments me manquent. Mais la priorité reste notre combat et je serai investit et engagé jusqu au bout. Je reste dans l'attente de vrais information de la part du grand commandement et relayé par le bourgmestre. J'ai entendu dire qu’ils ne veulent pas distribuer les protections. Effroyable décision alors que tant de personnes livrent un combat avec un tel investissement. Nos hôpitaux sont saturés. Nos soldats épuisés... Pour autant la morosité de m envahit pas. Certes je me raccroche à l'idée de notre future rencontre. Oh oui quelle émotion de me savoir bientôt à tes côtés. Santé mon ami. Ton ami Francis

√ JOUR 14 : 23 avril 2020

* Télégramme de Sébastien :

Télégramme de la tranchée Redoute : émis le 23/04/20 13:41

Mon très cher Ami Francis -stop- je suis dans un combat avancé et acharné -stop- mission secrète avec 2nde classe Fred -stop- espère que tout va bien pour toi -stop- d’écrirai plus longuement à la fin de la mission -stop- ton fidèle ami Sébastien -stop- et -fin-

* Courrier de Francis

Mon ami Sébastien, j'imagine en ce jour que tu batailles à régler l'armement de nos soldats. Quel engagement de ta part. Mais je te sais investit et reconnais bien là l'homme que tu représentes à mes yeux. Je ne me lasse pas de me remémorer nos moments côte à côte. De si bons moments jouissifs à profiter du bonheur de l'autre. De moments si simple mais qui aujourd’hui paraissent si important à notre relation. Pour ma part, je vais recevoir les félicitations de mon engagement par mes responsables. J'en suis heureux et peut être qu'après je vais festoyer avec le petit commandement. Ceci n'empêchera pas mes pensées à ton égard. Je suis également impatient d'aller au front demain et de remplir la mission que l'on m a donné. Te rappelles tu notre dernière rencontre ? Celle où on a rigolé ensemble. Celle où on a jouit de ce moment certes au milieu d'autres amis qui nous sont chers. Mais j'ai le souvenir de ces regards furtifs entre nous. De ces accolades discrètes. Que de bons moments. Mon ami, oui je m'organise déjà pour la fin de ce combat. Je serai prêt à te recevoir et je vois déjà ton sourire à pénétrer dans ma court sur ton fidèle destrier. Demain la troupe va s'agrandir. De nouveaux combattants nous rejoignent. Cela va me changer de ce quotidien actuel même si le petit commandement donne tout pour l'améliorer. Je reviens vers toi très rapidement mon ami. Ton ami Francis.

* Réponse de Sébastien

Jour 37 (c’est l’Indre et Loire et ses fameuses rillettes de tours qui sont à l’honneur, température du corps humain non infecté, rubidium et noces de papier, nombre d’emplacements de la roulette, utilisé dans les tours de magie : donnez moi un nombre premier entre 0 et 50 comprenant 2 nombres impaires différents; ça marche en général ?) -  Mon très Cher Ami Francis, je viens de rentrer de ma mission. Je t’en dirais plus quand on aura l’occasion de se croiser. La grande commanderie m’a demandé à ce que cela reste classé secret. Quoi qu’il en soit mon rapport vient d’être envoyé via pigeon voyageur. J’en profite donc pour me relaxer et penser à toi mon cher Ami. Ah! Si tu pouvais être à mes côtés... J’ai comme l’impression que je ne suis plus moi même quand tu n’es pas là... Je survis à l’idée de te revoir et passer des moments fort, ta bonne humeur et ta joie de vivre me manque... Ces moments passés avec toi, ces fous rires, sont de plus en plus loin et je me languis de trinquer avec toi à nouveau. Lettre à Francis :  

Il était une fois, Toi et moi, N'oublie jamais ça

Toi et moi, Depuis que je suis loin de toi, Je suis comme loin de moi Et je pense à toi tout bas

Tu es à cinq minutes de moi, Je suis à des semaines de toi, C'est ça être au combat, 

La différence, C'est ce silence parfois au fond de moi, Tu vis toujours à Sélestat

Quelquefois sur les réseaux, Je te vois sur des photos et moins loin de toi, Je vis dans une tranchée exotique,

Clinique et archaïque, Je vis en Hypnotique 

La différence, C'est ce silence parfois au fond de moi, Tu es un grand guerrier Et nous restons confinés 

Mais qui peut dire l'avenir et nos retrouvailles, Oui, j'ai le mal de toi… Ton Ami Fidèle - Sébastien 

√ JOUR 14 : 24 avril 2020

* Courrier de Francis :

Mon ami Sébastien, je viens de finir ma mission mais non sans difficultés. En effet le petit commandement m'a dirigé sur un mauvais site alimentaire. Quelle difficulté j'ai eu. Mais avec persévérance j ai reçu les félicitations à mon retour. Tu me manques... T'entendre, te toucher, te voir. Oui tous ces moments où nous étions ensemble à festoyer de ripailles et de nectar. Oui ces moments me manquent. J'entends que notre bourgmestre a commandé des munitions. Mais à aucun moment il nous dit combien... quelle stupéfaction. D'autant plus que j'ai reçu une missive nous informant qu elles ne seront pas distribué... As-tu des nouvelles d'autres combattants ? Le sergent Franck est il toujours au front au service transmission ? Ahhh pour info, j'ai aperçu le responsable des jardins alimentaires, le général poireaux. Je peux te dire qu’il est efficace avec ces troupes et que nous ne manquerons de rien. J'ai également échanger avec le capitaine CERVEZA, quel gentil capitaine. Il m a confirmé être là pour nous aider à la fin de ce combat et pour que nos retrouvailles soit des plus festives. Je m'impatiente en ce jour. Jouir de ce moment qui sera le nôtre. Impudique nous serons à nous dévoiler et à échanger nos histoires. Dans l'attente de te lire. Ton ami impatient Francis

* Réponse de Sébastien

Jour 38 (c’est l’Isère et ses ravioles qui sont à l’honneur, numéro strontiniumique et noces de mercure. Loi canadienne C-38: mariage homosexuel. Le vortex de Stargate ne reste pas ouvert plus de 38 minutes, 38 journées au championnat de France ou ce qu’il en reste !) - Mon très cher Ami Francis, quelle joie de te lire à nouveau, je ne me lasse jamais de tes écritures qui me réchauffent le Cœur. J’étais certain que tu gérerais d’une main de maître le ravitaillement. Ce dernier est Tellement important pour poursuivre ce combat, dont la fin n’a jamais été aussi proche. Je me languis de te retrouver, tu me manques également. Je pense que les munitions devraient être distribuées à nos combattants, ils travaillent avec acharnement et auront du mal à gérer leur propre ravitaillement. Qui d’autre que toi le sait, toi qui maitrise la gestion des munitions de ta compagnie avec professionnalisme. Je sais que le temps passé dans cette gestion et au combat est long et fastidieux. Mais peut être pourrais-tu proposer au Burgmeister ton aide ou tes conseils logistiques. Oui mon très cher Ami cette mission pourrait correspondre aux attentes de nos combattants dans un futur proche ! Le Sergent Franck va bien, il travaille dur et avec assiduité à sa mission de transmission. Merci au General Poireaux, j’ai toujours su que l’on pouvait compter sur lui, pour servir le bourg de Sélestat. Quant au capitaine Cerveza nous savons tous que c’est un gentil homme, toujours prêt à servir. C’est un bon vivant, même au combat il ne nous oubliera jamais. Je rentre d’une nouvelle matinée sur le front, je n’ai pas vu le caporal Bock, j’espère qu’il ne s’est pas abîmé au combat hier ? En revanche les troupes se relâchent, il a fallu que je me fâche 2 ou 3 fois afin qu’ils portent leurs équipements de combat... mais les choses sont progressivement rentrées dans l’ordre en fin de matinée. Le lieutenant Artepfle à repris du service sur le front, il creuse des tranchées sur la limite nord-est du front. Quant à moi je me relâche et pense à toi mon amis, vivement que l’on se retrouve. Pour des soirées folles... La cartouche pour une minouche :

Tu te couches l’eau à la bouche, 

Ces croquembouches pleins de mouches que tu bottes en touche.

Ces amuse-bouches multicouches et forts en bouches servis à la louche

Débouchent sur un rince-bouche avant la douche et son gel-douche.

Suis-je aux bain-douche ou sur un bateau-mouche,

Non ! Je suis à la touche comme une chiure de mouche

Ou un manouche en babouche qui accouche d’un polatouche

Est-ce une fausse-couche ou un vrai push ?

Je touche une minouche de ni sainte-nitouches 

On s’entre-touche en bouche à bouche jusqu’à la couche monocouche

Pas farouche je l’enfourche avec mon oiseau-mouche jusqu’à la souche

Et son gobe-mouche effarouche son arrière-bouche

Ton Ami fidèle, Sébastien

√ JOUR 15 : 25 avril 2020

* Courrier de Sébastien :

Jour 39 (c’est le Jura, avec du comté et du vin jaune qui sont à l’honneur, numéro Yttriumique et noces de crêpe, indicatif de L’italie et nombre de coups affligés à un esclave Romain. Abréviation des textos japonais de « merci » 3(san) et 9(kyu): « thank you ». Début de la 2nde guerre mondiale, Hitchcock: les 39 marches) - Mon très cher Ami Francis, c’est une belle journée de permission qui commence avec le soleil, je vais me poser afin de penser à toi et à nos moments futurs que l’on va forcément organiser, tu me manques de plus en plus. D’où vient ce sentiment étrange que j’ai à ton égard ? Mais ne relâchons pas le combat, cela nous permettra de nous revoir en toutes sérénités, sans tabous ni retenues. Le Sergent Franck, attaché à la transmission, a organisé une petite conférence hier soir, le sergent Siane et l’adjudant Tist étaient au rendez-vous et en pleine forme. Ils se sont ravitaillés en munitions auprès du capitaine Cerveza. Quelle belle personne, quel humaniste, toujours prêt à gâter et réjouir nos soldats. Mais tu nous a manqué lors de ce petit télé rendez-vous improvisé. Nous avons abordé différents sujets et notamment comment aider le général de brigade Poireaux dans la production des denrées asparagillus pour nos troupes. Le stratège de l’asperge :

Le long des berges émerge une auberge

Qui y héberge Serge son concierge 

Il Gamberge Derrière le chêne-liège pour ne pas qu’on l’assiège

Où est ce cortège stratège qui prépare son manège.

Soudain ce collège y converge et le submerge

Dans le piège il allume son cierge et diverge

Puis désagrège son florilège d’asperges

S’allège-t-il aussi de sa verge? ou ai-je vu la Vierge ? 

Ton Ami fidèle Sébastien

* Réponse de Francis

Mon cher ami Sébastien, comme tu as pu le voir dans mon télégramme du jour je fus très rapide. Oui tes nouvelles me manquent comme ta présence. Je n'ai pas pu me joindre malheureusement avec tes échanges avec le sergent Siane et l'adjudant Tiste à mon grand regret. Oui en pleine bataille j'étais... Le capitaine benoit wachrior et Le soldat Bruno viandar nous ont livré en express de quoi concocter un festin pour nos troupes de 20 années. Quel investissement que je ne sais toujours pas comment féliciter. Que de braves hommes et femmes engagés dans ce combat. Mais quelle tristesse que de savoir que nous ne sommes pas soutenus par notre bourgmestre. Ainsi va la vie et beaucoup le savent que ce choix de ne pas distribuer les munitions ne va pas dans l'intérêt général. J'ai fais pour ma part aujourd'hui ma bonne action, j'ai réceptionné un colis pour le soldat pikador qui est sur le front. Je te re valide l'investissement du capitaine CERVEZA. Sa bonhomie est un modèle pour nous tous. Tu me manques également. Et à te lire, je vois que nos liens se renforcent grâce à cette communication qui nous est encore permise. Merci au service de transmission. Et je félicite la le sergent Frank en cette période compliquée. Je t'imagine dans ta tenue préférée. Je te vois sourire à penser à moi comme moi je souris à l'idée d'être à tes côtés. Oh oui ces moments furtifs mais si fort à nous côtoyer, nous effleurer, nous regarder. Oui ces moments si fort entre nous. Mon ami ces moments je les attends. Je dois malheureusement te laisser. En effet le petit commandement viens de me demander de faire un inventaire. Quelle sage décision de sa part. Prévoir et rassurer. Je vois bien la en elle son côté pragmatiste et organisée. Ton ami le plus fidèle Francis

√ JOUR 16 : 26 avril 2020

* Courrier de Sébastien :

Jour 40 (c’est les Landes, Piments, canards et Asperges qui sont à l’honneur. Indicatif de la Roumanie. Numéro du zirconium et mariage d’émeraude. -40 degrés Celsius=Fahrenheit. 3 eme point dans un jeu au tennis. Cac 40 mais on s’en fout comme de l’an 40. Reggae: UB40. Les 40eme rugissants: latitude venteuse. 40 jours et 40 nuits: de pluie avant le grand déluge, période de Carême. Quel voleur ce Ali Baba) - Mon tres Fidèle Ami Francis, la Quarantaine n’est pas finie ! Je ne sais plus si j’ai démarré le combat par ce que le confinement a commencé ou si le confinement a commencé par ce que j’ai démarré le combat... Oui mon très cher ami, deuxième jour de permission consécutif, ne nous relâchons pas et pensons ensemble à tous ces moments que l’on passera côte à côte, Où toutes nos petites attentions mutuelles nous réchaufferont le coeur.  C’est en portant nos Képis qu’on bi-éradiquera et qu’on enterrera ce combat. Quel plaisir d’avoir pu échanger avec toi, le sergent Franck et vos petits commandements respectifs hier soir. La transmission en période de combat est très important, et le rôle du Sergent est essentiel. Il faut continuer à le soutenir ainsi. J’ai du quitter la télétransmission tres rapidement hier car une télécommunication urgente et prioritaire du nouveau monde m’a déconnectée: c’était le General Essandro, chef des investigations fédérales qui me donnait des nouvelles de leurs combats. Pas fameux ! En revanche, j’ai reçu des nouvelles locales: le Sergent Siane reprend du service semaine prochaine: il souhaite réchauffer les coeurs des petites commanderies, lui seul en sera capable, quelle belle initiative. derrière les grands soldat se cachent toujours une petite commandante ! L’adjudant Tist viens de rentrer d’une journée sur le front, il a combattu aux côtés du chef commando Kteur, et ont utilisé très peu de munitions sur le front du bourg de Stras: uniquement 1 grenade et quelques cartouches. As tu des nouvelles du front Selestadien et leurs vaillants soldats ? Je me languis de te lire à nouveau aujourd’hui, tu me manques moins qu’hier et plus que demain. Ton fidèle Ami, Sébastien

* Réponse de Francis :

Mon cher ami Sébastien, te lire est toujours mon plaisir du jour. À te savoir engagé dans ce combat m émeut. Oui toi, comme d ailleurs le sergent Franck dont tu viens me donner des nouvelles, je vous sait aller combattre sur différents sites. Je m'impatiente de te retrouver. S'enlacer comme à chacune de nos rencontres. Ces moments de joie où nous nous abreuvons de différentes boissons. Et ceci grâce au capitaine CERVEZA. Aujourd hui la morosité c'est installé dans notre camps retranché. Est ce du à la météo de ce jour ou à ce combat ? Nos stocks vont bien grâce à tous ces combattants qui nous livrent. Je les imaginent épuisés. Mais leur bravoure doit être un exemple pour nous tous. Le bourgmestre continue à ne pas vouloir distribuer de munitions à nos soldats alors que d autre le font. Quel désastre. Comment combattre ? Mon cher ami. Oh oui que j aimerai que l on soit côte à côte. Comme nous l étions avant que ce combat nous sépare. Je sais la fin arrivé et me réjouis de nous savoir de nouveau ensemble. Fait attention à toi. Ton cher ami Francis