Horbourg-Wihr soutient ses associations


15 janvier 2021

Arthur Urban est adjoint au maire d’Horbourg-Wihr en charge des associations, des sports, de la culture et du patrimoine. Il s’exprime à propos des associations sur le territoire d’Horbourg-Wihr, au micro de Pablo DESMARES.

Face à la crise actuelle, dans quelle situation se trouvent les associations locales ?

Aujourd’hui, la situation des entreprises en France d’une manière générale est très compliquée. Avant de rentrer dans le vif du sujet, j’aimerais faire un retour sur le terme d’ «association». Quand l’Etat évoque une association, il évoque souvent une association qui emploie des salariés, mais aujourd’hui ces associations employeuses ne représentent qu’une partie infime du tissu associatif de notre pays. Quand je parle d’une association, c’est le club de football d’une commune ou l’association culturelle qui organise des manifestation chaque année. Ce sont des associations qui animent nos territoires, nos communes, et qui, depuis le mois de mars 2020 se retrouvent à l’arrêt. Certes, il y’a eu une reprise à l’issue du déconfinement au printemps dernier avec une poursuite des activités jusqu’au mois d’octobre et au deuxième confinement mais on voit la difficulté qu’elles ont aujourd’hui à reprendre le dessus et à redynamiser leurs bénévoles et leurs activités, et surtout depuis quelques temps à se projeter. Les associations sont rythmées par leurs évènements tout au long de l’année et en 2020, ces évènements ont dû être mis «au rebut», de côté. Elles espéraient en 2021 qu’elles pourraient reprendre ces évènements, les relancer mais elles n’ont aucune visibilité. Il n’y a aucune volonté de vouloir reprendre une activité à tout prix en oubliant les règles sanitaires et les gestes barrières, bien au contraire. L’objet de mon appel au secours au sujet des associations c’est de dire aujourd’hui au Gouvernement et à l’Etat que lorsque la reprise sera là, ils devront faire preuve de pragmatisme et de bon sens auprès de ces associations et je parle bien des associations que se trouvent dans chaque commune, pas des associations employeuses. C’est vraiment à elles que je m’adresse aujourd’hui, je me fais porte-parole parce que le Gouvernement doit les entendre. Ce dernier a mis en place il y’a quelques semaines le plan France Relance et il est aberrant de constater, certes économiquement il n’y a aucun enjeu mais l’enjeu de ces associations c’est le lien social et ce lien est depuis mars 2020 mis au placard.

Les associations doivent-elles reprendre leurs activités ?

De but en blanc, je répondrais oui. Alors oui, toutes les communes n’ont pas les infrastructures qui permettent de pouvoir permettre à leurs associations d’avoir chacune un créneau dans la semaine pour pratiquer leurs activités mais d’une manière générale tout est possible. Si cette crise sanitaire nous a amené une chose de positif, c’est notre capacité d’innover face à la crise et face au changement. Je vais vous donner un exemple concret : il y’a quelques semaines, j’ai été sollicité par le club de basket ou le club de handball de Horbourg-Wihr qui disait que le protocole sanitaire mis en place par la fédération nationale expliquait que pour chaque joueur qui vient à un entraînement, il ne peut plus y avoir de contact physique avec un autre joueur. Ce qui signifie que les entraîneurs des équipes doivent être dans une innovation «imbécile», c’est-à-dire qu’on dénature le sport en question car le basket comme le handball sont des sports de contact. Je veux bien que nous soyons dans l’innovation et que nous réfléchissions mais il faut aussi faire preuve d’une certaine logique et qu’à force de dénaturer l’activité, dans quel état allons-nous retrouver ces associations quand elle sera à nouveau permise ? Je ne parle pas de problèmes financiers ou de situation budgétaires au sein de ces associations, je parle simplement de la nature-même du sport. Donc, nous sommes pour l’adaptation mais pas la dénaturalisation.

Quel accompagnement de la part de la municipalité d’Horbourg-Wihr pour les structures fragilisées par la crise ?

En tant qu’adjoint à la mairie de Horbourg-Wihr, j’ai pris mes responsabilités et j’ai proposé au conseil municipal de décembre dernier, un groupe de travail composé de 4 à 5 personnes pour créer l’équivalence du fond d’urgence associatif mis en place par le Conseil Département du Haut-Rhin. L’idée est donc de créer une enveloppe budgétaire interne à la commune de Horbourg-Wihr qui permettra de venir en aide aux associations qui viendront vers nous pour une perte de recette, pour un déficit à combler. La commune de Horbourg-Wihr sera au rendez-vous pour ces associations, nous estimons que nous le sommes déjà et nous le serons encore plus demain.